Le rêve de Miss Pulpy

Je suis une femme qui aime le plaisir, les plaisirs et cela depuis toujours, mais ça ne fait que quelques années que j’ai pris conscience de mon hétéroflexibilité.

La première fois que j’ai entendu parler de Miss Pulpy, ce fût lorsque j’ai lu un texte qu’elle avait écrit pour l’un de mes concours anniversaire. Elle n’a pas gagné, mais elle a attiré mon attention, c’est certain. 

Nous avons discuté de son écriture, de mes fantasmes et plus particulièrement de celui que j’avais intitulé « Moi, avec une autre femme ». Au fur et à mesure, une complicité que je ne pouvais cacher s’est installée entre nous. Un jour, je l’ai regardée en direct sur Cam4, sans qu’elle le sache et j’ai compris, en la voyant, que je voulais franchir cette prochaine étape avec elle.

Elle a les cheveux roux, un joli corps tout en harmonie, elle est gentille et drôle, je suis sous son charme.

Nous avons discuté encore quelques fois sans que je n’ose lui proposer plus, puis le jour où je l’ai enfin fait, elle m’a avoué se demander quand j’allais enfin franchir le pas.

Nous avons convenu de nous retrouver sur Paris, à mi-chemin de chez nous, et rien qu’en pensant à ce petit voyage, j’étais toute excitée, mais aussi un peu nerveuse.

J’ai pris le train et alors que j’en descendais, je l’ai vue. Elle était encore plus belle et sexy en vrai et dégageait quelque chose de magnétique.

Nos salutations sont un peu timides, mais c’est normal : nous sommes un peu gênées par ce premier moment où on doit assumer tout ce que nous avons dit lors de nos échanges à distance et par ce petit je-ne-sais-quoi qui se passe entre nous.

Son sourire illumine Paris tout entier et quand je l’ai vue se tortiller les cheveux, je me suis rappelée de l’article que j’avais lu dans un magazine féminin, qui parlait des signaux « non verbaux » faits par des femmes quand elles sont attirées par quelqu’un. Je crois que je lui plais aussi.

Nous sommes arrivées à notre charmant logement après moultes péripéties, et la fatigue se lisait sur nos visages.

Par contre, dès que j’ai vu le jacuzzi, toute fatigue encore présente dans mon corps s’était dissipée et j’ai commencé à penser à toutes ces belles choses que nous pourrions y faire…

Miss Pulpy me demande très gentiment si j’ai faim. Elle nous commande alors des plateaux-repas, ainsi que du champagne Ruinart pour trinquer à notre belle rencontre.

J’entends Miss Pulpy entrer dans le jacuzzi pendant que je finis de me rafraîchir et de mettre mon peignoir noir sur ma peau nue. Je prends ma tablette, sors et mets une playlist très sensuelle. Alors que commence la mélodie de « Baby » d’Elvis Drew et Avivian, je laisse tomber mon peignoir et lance un regard lubrique à Miss Pulpy. Je la vois rougir et je souris, satisfaite de ce que je suscite chez elle. Je me décide enfin à la rejoindre, puis lui caresse timidement la jambe, assouvissant l’envie de toucher sa peau qui me dévore depuis que je l’ai vue.

J’ai envie de l’embrasser, mais je ne sais absolument pas comment m’y prendre. Je suis assez mauvaise pour ce genre de choses, je préfère qu’on prenne le risque avec moi, qu’on ne m’envoie pas des signaux que de toute façon je ne vois jamais et qu’on agisse. Je préfère la réaction à l’action et pouvoir ressentir ce que ça fait en moi, tout simplement. 

Je suis heureuse que nous trinquions ensemble dans cette chaude atmosphère. J’aime sentir sa peau nue contre la mienne. On peut voir dans ses yeux comme dans les miens la fougue et la nervosité qui caractérise toute première rencontre.

Je commence à lui lancer des sous-entendus amusants et lui raconte aussi que j’adore lécher le chocolat pour le faire fondre, petit à petit…

Je perçois que je ne la laisse pas indifférente et je pense qu’elle sait que c’est réciproque, à la vue de mes tétons qui durcissent.

Je décide de passer à l’action, j’espère que ma façon de faire trop directe ne va pas l’effrayer. Je ne peux plus être sage, le voile est tombé : je la prends par la main et la guide en dehors du jacuzzi. Alors que nous marchons jusqu’à ma chambre, elle m’embrasse avec passion pendant que sa main gauche monte le long de ma cuisse. Guidée par mon envie et ma hâte de poursuivre nos ébats dans un cadre plus cosy, je la guide hâtivement jusqu’à la chambre.

Nous nous couchons sur le lit et nos corps commencent à se chercher et à se trouver. L’atmosphère bouillonnante sent l’envie et la luxure. Miss Pulpy s’approche de mes seins, les caresse avec sa langue et les mordille un après l’autre, alors que j’essaie de taire l’expression de mon plaisir en me mordant la lèvre.

Pour lui rendre la pareille et entendre la musique de son bonheur, je pars à la découverte de son sexe humide avec ma main droite. Ses soupirs et ses gémissements se font de plus en plus forts, jusqu’à ce que je la voie perdre pied et jouir. Je souris et la vois sourire à son tour, son regard est si chaud qu’elle pourrait embraser toute la pièce. Elle descend vers mon sexe, et alors que son visage se perd en moi, je me dis qu’elle va enfin goûter à mon excitation. Mes jambes tremblent sous ses coups de langue, je coule, je le sens. 

J’aimerais aussi la goûter, goûter ce que je lui fais, sa partie la plus humide. Je lui demande de venir sur moi. Alors que nous sommes dans un 69 torride, je me dis que cette femme est exquise et que j’aime sa façon particulière de chevaucher ma langue assoiffée.

Je n’arrive plus à penser, je ne peux que ressentir et je deviens sauvage, tel un animal durant ces dernières secondes précédant l’orgasme.

Je gémis et me perds en elle. Je la sens jouir à nouveau et j’ai encore envie que sa langue joue avec la mienne. Nous nous allongeons côte à côte et je l’embrasse en caressant ses longs cheveux flamboyants. Nous nous regardons avec appétit et rien qu’à ça, j’ai su que ce week-end empli de désirs et de plaisirs n’en était qu’à ses prémices… 

Lady Annia

Retrouvez la version de Miss Pulpy :
https://luniversdemisspulpy.wordpress.com/2021/10/15/saphiquement-votre/

Un commentaire sur “Le rêve de Miss Pulpy

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :