La renaissance de Juliette

Depuis quelques temps, j’ai des envies de soumission, mais dans les règles de l’art, je ne veux pas vivre une vie de bonniche avec un homme macho.

Je fouille internet et je dois avouer que certains textes ou images m’ont particulièrement excités.

Il y a une semaine sur un tchat, j’ai échangé avec un homme drôle, cultivé, charmant, bienveillant et au fil des discussions, il me dit qu’il aime dominer. Hésitante dans mes mots pour ne pas me tromper, je lui ai posé des questions. Nous avons échangé un bon moment et puis dans un échange, il me dit : « Assez parlé, cela se vit, je t’attends le 25 juillet à 20h00 précises au restaurant du Théâtre et je veux que tu viennes en jupe, corsage et lingerie de ton choix ».

Après cela, je suis restée muette et j’ai juste dit : « Oui d’accord. »

Cet homme qui m’intrigue se nomme Olivier, il a la cinquantaine et vit seul. Sur la photo que j’ai vu de lui, il est brun avec une jolie barbe grisonnante de quelques jours. 

Pendant les quelques jours qui me séparent du rdv, je me pose beaucoup de questions, je me dis que je suis folle et je vais à l’aveugle dans quelque chose qui n’est pas commun. Je ne pourrais pas en parler à mon entourage qui trouve que ce genre de vie ressemble davantage à de la folie.

Nous sommes le 25 juillet, je me réveille le matin en sueur et stressée par l’échéance du soir. Je vaque à mes occupations toute la journée et puis vers 18h00, je décide d’aller prendre un bain pour me détendre et réfléchir à ma tenue.

J’ai décidé de porter une tenue presque classique : un corsage blanc, de la lingerie en dentelle blanche, et comme il ne fait pas très chaud  je décide de mettre des bas et un porte-jarretelle avec une jupe droite fendue qui laisse apparaître, dès que je m’assois, une jarretière. Je porte auasu des escarpins avec un talon de 8 centimètres.

En fermant la porte de chez moi, je me sens un peu fébrile mais je pars à mon rdv décidée et curieuse.

Pas très loin du restaurant, je ralentis le pas, car je veux y être à 20h00 précises. En arrivant devant, j’aperçois un homme grand qui attend. Je l’observe, m’approche et demande : « Olivier ? »

Il me répond : « Bonsoir Juliette, j’apprécie ta ponctualité, suis-moi».

On se dirige vers le restaurant, il m’ouvre la porte, me laisse passer et me suit.

Le serveur nous demande de le suivre vers notre table. Cette dernière est un peu en retrait avec deux jolies chaises placés en biais. Le serveur me débarrasse de ma veste et je vois Olivier poser son regard sur moi. Il ne dit rien, mais j’observe un joli sourire. Il me tire la chaise pour que je puisse m’assoir, et en fait de même pour lui.

Il me dit : « Juliette, tu es charmante, le choix de ta tenue est parfait et ton maquillage fait ressortir tes jolis yeux verts. »

Je lui réponds : « Merci Olivier, j’aime beaucoup aussi votre tenue décontractée, mais élégante. »

Dans ma tête je me demande pourquoi je me mets à le vouvoyer, alors que depuis nos échanges, on se tutoyait. Il ne l’a même pas relevé. Je regarde ses mains, elles sont grandes, mais pas grosses, un bon équilibre, qui je trouve doit bien faire ressentir la force du dominant.

Nous dînons tranquillement en parlant de nos emplois, de notre vie, de nos familles, de nos passions et loisirs.

Puis au moment du dessert, il me dit :

« Alors Juliette, pourquoi voudrais-tu être soumise ? Que représenterait pour toi cette soumission, et quelle place aurait-elle dans ta vie ? »

Je sens en moi une chaleur intense. J’ai subitement la gorge sèche, je bois une gorgée de vin et lui réponds :

« Olivier, je veux découvrir ce monde, mais je ne veux pas de la soumission sale comme j’ai pu voir sur internet. Je pense pouvoir aller très loin, même si cela m’effraie. Cela représente un vrai engagement, je veux sentir cérébralement que j’appartiens à mon Maître. Je ne veux pas devenir une esclave, je veux que mon Maitre soit à la fois mon amant, mon ami, mon confident et que dans notre intimité, il soit totalement mon Maitre. »

Il me fixe en buvant son verre de vin, je n’ose le regarder dans les yeux, je sens mon intimité s’humidifier et ressens des sensations inconnues jusqu’à maintenant. Il continue à se taire, je sens son regard sur moi et enfin il ouvre la bouche.

« Parfait Juliette, nous en avons la même vision, mais il est important que tu sois consciente que je t’emmènerais très loin et que je serais exigeant avec toi.

– D’accord Olivier, j’y suis prête s’il y a de l’écoute et de la bienveillance.

– Oui bien entendu, mais quand nous sommes d’accord sur un point, on ne revient pas en arrière. Je suis prêt à te donner beaucoup, mais j’attends pareil de toi.

– Oui Olivier. »

J’ai envie que cet homme me domine maintenant et j’ai à peine fini mes pensées qu’il reprend.

« Je t’ai observé et j’ai vu que tu portais des bas et des porte-jarretelles, décris-moi ta lingerie.

– Je porte un soutien-gorge blanc en dentelle et un string blanc en dentelle aussi. »

Il tend sa main ouverte devant moi et ajoute : « Dépose-moi maintenant ton string dans ma main. »

Je rougis, m’exécute et me dis que j’ai bien fait de mettre une jupe fendue. Je le fais glisser, regarde autour de moi si on nous observe, le récupère et le dépose dans sa main qu’il referme dessus.

Il me fixe.

« Merci, je constate que son humidité reflète ton envie de m’appartenir.

– Oui Olivier je veux être Votre soumise et que vous soyez Mon Maitre.

– Parfait Juliette, je t’attends demain soir à 20H00 chez moi, tu choisiras ta tenue. »

Après avoir réglé l’addition, il m’invite à me diriger vers la sortie. Nous passons la porte, il m’embrasse au coin des lèvres, me souhaite une bonne soirée et me dit à demain en refermant la porte du taxi qui me ramène chez moi.

Je suis pleine de questions, mais je préfère savourer ce délicieux moment que de réfléchir.

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :