Allons explorer un massage « différent »

Bonjour à toutes, bonjour à tous!

Je suis de retour après ces quelques mois qui se sont écoulés et mon dépucelage de review sur le site de Lady Annia ICI. Je mène ma barque depuis, je reprends tant bien que mal ma vie de guide touristique. Ce n’est pas facile tous les jours et heureusement qu’il y a des sources de plaisir(s) diverses et variées dans la vie.

Depuis que j’ai découvert Lady Annia un beau jour de fin octobre, je suis toujours aussi amoureux de l’écriture de la… La… dy. Plus son écriture évolue, plus j’aime. «Une histoire pas comme les autres» et ces Actes… Les fantasmes… Les reviews… Les poèmes… Les haïkus… Cette Lady n’en finit plus de m’émoustiller. J’aime la lire. C’est toujours un plaisir.

En parlant de plaisir(s)… Et là, j’adresse un clin d’oeil à la Lady… Je reviens donc, avec son accord généreux et bienveillant, pour une second review. La première portait donc sur un vibromasseur de type Wand… pour hommes, le Satisfyer Men, essayé, approuvé ET adopté par Sa Majesté Rocco Siffredi, en personne. Je joue toujours aussi régulièrement avec. Je ne m’en lasse pas et je ne boude ja-mais mon plaisir…

En ce mois de juillet, en cet l’été que j’espère… chaud… je vous parlerai d’un sextoy que j’ai commandé sur le site Internet d »Adam et Ève » au mois de mars. Je vais vous raconter ma toute première utilisation du «Prostate Massager» de la marque « EasyToys », mon ressenti…

———————

Information sur le produit

Marque : EasyToys Men Only

Couleur : Noir

Dimensions

Profondeur d’insertion :

10.00 cm

Longueur :

14.00 cm

Diamètre maximal :

2.80 cm

Diamètre minimum :

1.40 cm

Poids :

123 grammes

Taille du paquet :

19x13x4.5 cm

Propriétés

Matériau : silicone

Étanche : Oui

Flexible : Oui

Adapté à la pénétration : Oui

Lubrifiant approprié : À base d’eau

Stimulation : Stimulation anale, Stimulation de la prostate

Poignée : Oui

——————–

Ah… Moi et le plaisir anal… Une longue histoire… J’ai commencé mon apprentissage en me mettant un doigt bien lubrifié dans mon anus, par curiosité, et après avoir rendu celui-ci propre. En douceur, toujours en lubrifiant avec ma salive et en prenant mon temps, j’ai découvert avec gourmandise, curiosité et persévérance que cette partie de mon corps n’était pas uniquement conçue pour la phase finale du processus de digestion. Quelque chose me disait… déjà… qu’elle pourrait, un jour, me procurer des sensations étranges mais agréables. Pour être honnête, j’ai mis dix bonnes années à chercher à me procurer CE plaisir étrange mais agréable.

Il y a trois ans de ça, je suis sorti avec une jeune femme timide et solitaire dans la vie de tous les jours… mais audacieuse et coquine au lit. Quand A. me faisait une pipe, il arrive que sa langue dérive et que j’aie du plaisir autrement que par le sexe. À quatre pattes ou bien sur le dos et les jambes repliées au niveau de la poitrine ET bien écartées, A. faisait des merveilles avec ses anulingus (ou ‘rimming’ comme disent les anglophones). J’a-do-rais ça. À un moment, j’en suis même arrivé à demander à A. de me pénétrer d’un doigt quand elle me suçait. À ses côtés, j’entrouvrais en-fin les portes du plaisir anal parce que je ressentais des sensations étranges et agréables qui me mettaient hors de moi. Nous nous sommes séparés moins d’un an plus tard. J’aurais aimé approfondir cette découverte du plaisir anal (prostatique) à ses côtés. Elle en moi, avec un gode ou un gode-ceinture (strap-on)… Moi en elle… C’est comme ça. Néanmoins, A. a ouvert une boîte de Pandore et curieux comme je suis, il n’était pas question de la refermer. Même pas en rêve…

Des stimulateurs de prostate, j’en ai eu quelques-uns ces trois dernières années, depuis mon premier, acheté dans une boutique… Adam et Ève, en janvier 2018. Des simples… Des vibrants… En me masturbant en même temps… Sans me masturber… À quatre pattes… Sur le dos, les jambes repliées à hauteur de ma poitrine… Les possibilités étant diverses et variées, je peux dire que je ne le boudais pas, mon plaisir. Du plaisir, oui, j’en ai eu… Avoir chaud à l’intérieur, oui, j’ai connu ça… Sentir que ma prostate se contracte au fur et à mesure, oui, j’avais pu en faire l’expérience… Mais jouir de l’anus jusqu’à faire un boucan à réveiller les morts, non, je ne l’avais pas encore coché sur ma liste. Jusqu’à… ce soir-là…

J’avais reçu le «Prostate Massager» dans un carton où il y avait également d’autres produits que j’avais commandé : un grand tube de lubrifiant «spécial anal » de la gamme EasyGlide et un nouveau plug «rosebud». Le stimulateur de prostate était dans un carton joliment coloré, bleu et blanc. Le jouet en lui-même est noir. Il n’est pas loin d’avoir la forme d’un vrai pénis. À la différence par contre que le jouet est courbé et que sa poignée permet aussi bien de maintenir le toy dans l’anus que de le retirer de l’orifice en toute sécurité une fois la séance terminée. Je l’ai trouvé immédiatement beau et… quelque chose me disait… que je prendrais beau-coup beaucoup de plaisir avec. J’en salivais rien que d’y penser… Ayant des choses à faire tout au long de la journée, je me suis fait volontairement ET intentionnellement languir. Ça a été ainsi que j’ai mené les activités que j’avais prévu.

En rentrant chez moi, en toute fin d’après-midi, je me suis d’abord accordé quelques minutes, histoire de reprendre mon souffle. Puis, pour que tout soit bien, j’ai posé le «Prostate Massager» ainsi que le flacon de lubrifiant sur la couette de mon lit et j’ai ajusté un oreiller. Je me suis déshabillé et j’ai pris le lubrifiant ainsi que ma poire de lavement. Je tenais absolument, comme d’habitude d’ailleurs, à ce que mon anus soit tout propre. Une noisette de gel sur un doigt, je me suis pénétré lentement, délicatement. Une fois mon orifice dilaté, j’ai procédé au lavement à trois reprises, histoire d’être sûr et certain que mon «petit trou» soit nettoyé. Une fois cela fait, je me suis allongé confortablement sur mon lit et je m’y suis senti bien. Les conditions étaient optimales pour une «séance plaisir» des plus agréables, des plus délicieuses et des plus… jouissives. Oh… oui.

Allongé sur mon lit, j’étais bien… Plus que bien, je dirais même. Ma tête bien calée sur l’oreiller et le téléphone en silencieux, je me suis laissé aller. Le lubrifiant à portée de main, je m’en suis emparé et je m’en suis déposé une noisette sur le bout de deux doigts. D’un doigt, je me suis de nouveau pénétré. Une fois que je me suis bien dilaté, j’ai inséré un deuxième doigt dans mon anus. Toujours aussi lentement, toujours aussi délicatement.

Les écouteurs sur les oreilles avec une playlist «Love’n’Sex» programmée, le «Prostate Massager» en moi, ma main gauche sur mon érection, lentement mais progressivement … Je me suis laissé aller. Pas plus rapides, pas plus forts, mes mouvements de va-et-vient étaient tellement… bons. Et plus je me masturbais, plus je sentais que mon anus s’adaptait au jouet et vice-versa. Et plus il s’adaptait, plus je me sentais dilaté. Je sentais même que mon orifice anal était mouillé de par l’importante quantité de lubrifiant dont j’avais fait usage jusqu’à présent. Les caresses, combinées à la musique dans mes oreilles ET au stimulateur qui me pénétrait, faisaient que je passais un très bon moment. Je sentais dans le même temps la chaleur s’installer à l’intérieur de moi. Non seulement mon rythme cardiaque était plus rapide, mais j’avais aussi quelques difficultés à respirer correctement, parce que j’avais de plus en plus chaud, mais tout simplement aussi en raison des va-et-vient du «Prostate Massager». L’anus étant une zone riche en terminaisons nerveuses, un bon doigté patient et délicat ne laisse pas indifférent en général. Et c’était mon cas, là. Les sensations étaient agréables et je maintenais le même rythme. Bon… Je dois reconnaître que je ne voulais pas bouder mon plaisir. Mon anus se contractait de plus en plus. Les jambes repliées à hauteur de ma poitrine, la pénétration du toy était juste… merveilleuse. Avec le recul, je n’ai pas le souvenir que mes autres stimulateurs m’aient procuré des sensations aussi ébouriffantes. Plus je me touchais, plus je jouais avec les muscles de mon périnée et de mon cul, comme si je voulais faire sortir le jouet puis le faire rentrer en moi… profondément. Je n’arrivais plus à me calmer tant c’était voluptueux. Je ne tenais aucun compte du temps qui passait, des soucis que je pouvais avoir. Seul le plaisir m’importait.

Et étant donné que je prenais bien du plaisir… Il était clair, net, précis pour moi que je n’allais pas m’arrêter comme ça, en si bon chemin. Oh… non. Plus je prenais du plaisir justement, moins le monde autour de moi m’importait. Je m’explique: l’isolation phonique de mon appartement laisse à désire. Bon d’accord… Ça ne concerne pas uniquement mon logement mais l’intégralité de l’immeuble en fait. Bref. Tout ça pour dire qu’en dépit de ce défaut à priori de construction, plus j’avais du plaisir, plus c’était intense et moins je cachais mon plaisir. Je faisais de plus en plus de bruit. Soupirs… Gémissements… Halètements… Petits cris, même. Oh… non. Je ne me faisais pas prier pour exprimer mon bien-être. Plus les contractions de mon anus étaient fréquentes et rapprochées, moins je répondais de quoique ce soit. Pour plus de plaisir… et de jouissance, je me suis interrompu… pour passer à la vitesse supérieure, si je puis dire. Ça a été ainsi que je me suis emparé de l’un de mes œufs masturbateurs Tenga ( testé par Honey Panda ICI), un avec des vaguelettes à l’intérieur. Un peu de lubrifiant et j’ai placé l’œuf en silicone sur mon gland et je me suis remis à me branler. L’association œuf sur le pénis ET stimulateur de prostate a été immé-dia-te-ment exquise. J’en ai gémi de plaisir. Je me foutais de savoir si l’on m’entendait ou pas. Par contre, là où je ne plaisantais pas, c’était à propos des sensations… et du plaisir qui découlait de ce double plaisir simultané. Oh… non. Je ne plaisante pas quand il est question de sensualité, de plaisir, de sexe… et de luxure. Et là, mon pied, je le prenais vraiment. Bon… Pas au sens propre du terme vu que ma main gauche allait et venait sur mon pénis et que celle de droite reposait sagement sur la couette de mon lit. Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé. Ce que je sais, c’est que mon anus s’est mis à se contracter plus fréquemment ET plus rapidement. C’était d’une intensité… Je savais que j’étais au bord de l’éjaculation. Ce n’était plus qu’une question de temps… Je le savais. Et quand on parle du loup… Je l’ai vu, CE loup. Oui… Les contractions sont devenues bien plus intenses. Plus violentes, surtout. J’ai relâché la pression de mes doigts sur l’œuf et donc sur mon érection. J’ai poussé un cri libérateur et je me suis laissé éjaculer dans l’œuf.

Mon orgasme prostatique a duré quelques minutes, et les contractions continuaient en dépit de mon éjaculation. Mon coeur battait très vite et j’avais vraiment besoin de reprendre mon souffle. Mais j’étais bien. Et surtout… rassasié mais aussi… épuisé. Satisfait, indéniablement, dans tous les sens du terme. À l’aide des ailettes de la base du jouet, j’ai délicatement retiré le stimulateur de mon orifice. Lentement, avec des gestes précautionneux. L’anus c’est sensible mais aussi et surtout… c’est tellement fragile… Une fois retiré en toute sécurité, je l’ai posé sur la serviette où j’avais disposé aussi le flacon de lubrifiant avant que je ne commence la séance.

Après quelques minutes bien méritées à ne rien faire si ce n’est à me dorloter (comme dirait cette chère La… dy A… nnia), j’ai jeté un œil à mon téléphone et là… Noooon…! J’étais rentré chez moi presque… deux heures auparavant! Une fois de plus, cette «séance plaisir» anale avait duré plus d’une heure. En général, je mets entre 40 minutes et 1h15 pour obtenir un orgasme anal/prostatique. C’est incroyable comme le temps défile quand on s’amuse. Après ça, je suis allé laver le «Prostate Massager» et j’ai pris une bonne douche bien méritée… et bien chaude. La fin de soirée a été agréable car je n’ai rien fait si ce n’est me reposer.

Depuis le mois de mars et la réception du colis, c’est simple: je ne me passe plus du «Prostate Massager» et je me consacre trois séances avec par semaine en moyenne. De loin, il est mon stimulateur de prostate préféré et j’aime varier les possibilités.

Pour conclure, à tous ceux qui sont en quêtes de sensations nouvelles en matière de plaisir (prostatique), mon expérience avec le «Prostate Massager» me fait dire que vous ne vous contenterez pas de frapper timidement à la porte de ces plaisirs. Non… Si vous êtes délicat et si vous savez prendre votre temps et être patient, le septième ciel n’attend plus que vous…

Mes + :

– La poignée avec les ailettes

– Le «gland» courbé qui titillera à merveille votre prostate

– Il s’adapte idéalement dans l’anus

– Si vous êtes à deux, votre compagne pourra en user et en abuser en vous et même y associer masturbation et/ou fellation

Mes – :

Il n’y en a pas! Selon moi, hein! (!)

Mysterious

Laisser un commentaire

par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :