Moi, participant à un trio.

© Gio

Un fantasme…

Mon fantasme.

Moi, participant à un trio.

Je sais, c’est très classique et assez commun, mais à vrai dire, ça a été un de mes tout premiers fantasmes.

Pour que vous compreniez comment tout cela a commencé, il faut que je vous raconte les choses dès le début :

Alors que je suis partie un été, passer du bon temps à New York, j’étais loin d’imaginer à quel point ça allait apporter de nouvelles choses dans ma vie.

J’y ai rencontré Julio, il venait de Porto Rico et louait une chambre dans la même résidence hôtelière que moi. Il partageait la sienne avec 2 autres garçons : Josh et Al.

D’ailleurs nos chambres n’étaient pas très loin l’une de l’autre, je le croisais donc assez souvent dans les couloirs lorsque je sortais ou rentrais après une longue journée dans la « Grosse Pomme ».

Julio avait beaucoup de charisme, du charme, et à chaque fois que je le croisais, il était entouré de gens, tant de filles que de garçons, et avait un sourire très doux qui ornait son visage.

Un visage angélique, des cheveux longs, très longs et des lunettes : il avait tout pour me plaire.

On a commencé à sortir ensemble très rapidement, Julio était là depuis quelques semaines et il ne lui restait qu’un petit mois avant de rentrer à Boston, où il vivait et faisait ses études de droit.

J’avais moi prévu de ne rester qu’un mois en tout et pour tout, nous savions donc que notre temps ensemble était compté et nous voulions en profiter au maximum.

Je partageais aussi ma chambre, avec deux filles, et elles avaient fixé comme règle qu’on ne pouvait pas inviter quelqu’un dormir dans notre chambre.

Chaque nuit, avec Julio, nous avions donc pour habitude de dormir ensemble dans sa chambre. Mais quelquefois, il nous arrivait, en regardant la télé, de nous endormir dans le canapé du salon.

Ça devait faire deux semaines que nous étions ensemble, quand nous nous sommes réveillés au milieu de la nuit après nous être endormis devant la télé. Nous sommes montés en mode « mi-zombie » jusque dans sa chambre, et en ouvrant la porte, nous avons trouvé d’une part, Josh et sa copine dormant dans leur lit et d’autre part, Al en plein marathon sexuel avec deux filles, l’une léchant les seins de l’autre pendant qu’Al, à croire les gémissements de la deuxième, lui donnait beaucoup de plaisir.

En nous voyant, elles se sont couvertes avec le duvet, gênées car nous nous connaissions. Nous avons rapidement traversé la chambre et sommes allés nous coucher.

Alors que Julio m’entourait tendrement de ses bras protecteurs, je me suis sentie un peu mal à l’aise car nous n’avions pas eu ce genre d’intimité. Ce n’était pas du tout parce qu’il ne m’excitait pas, au contraire, il me faisait mouiller à chaque fois qu’il touchait ma peau et qu’on partageait la complicité qui nous unissait. C’est surtout que, pour que je fasse l’amour avec un homme, il faut que je ressente des choses qu’avec lui je ne ressentais pas, ou en tout cas pas encore.

Ce soir-là, en m’endormant, je ne suis pas arrivée à effacer les images que je venais de voir et qui m’excitaient autant qu’elles m’obnubilent.

Le lendemain, au réveil, Josh et sa copine étaient déjà partis depuis pas mal de temps, Julio quant à lui, était descendu chercher le petit déjeuner comme chaque matin pour qu’on puisse le prendre au lit tranquillement.

Ce même jour, en début d’après-midi, je suis montée sur le toit avec les filles. On avait sorti les maillots de bain pour prendre le soleil, les filles voulant presque toutes parfaire leur bronzage et moi voulant paraître un peu moins blanche. Al, Josh et Julio sont montés nous rejoindre, et je me suis dit qu’ils allaient sûrement profiter du grand espace pour fumer tranquillement, comme à leur habitude, mais je m’étais trompée sur toute la ligne. Julio m’avait acheté une peluche et a voulu me la donner sans attendre. J’étais attendrie par ce grand gaillard d’1m94. Il ne le montrait pas, mais sous ses faux airs de garçon froid, c’était un grand romantique.

À ce moment, alors que j’étais toute contente du cadeau et que je le montrais à mes copines, j’ai entendu Al dire à Josh et Julio que j’étais « bonne » et que c’était dommage qu’on n’ait pas encore fait l’amour.

Je suis restée pensive, surprise, gênée, mais en même temps flattée de ce que je venais d’entendre. Je me suis dit qu’Al me trouvait à son goût et de suite, les images de ce que j’avais vu dans la chambre m’ont envahie : leur fougue, leurs gémissements qui voulaient tout dire, leur lâcher-prise, la passion de trois corps qui chantent ensemble la meilleure mélodie qui soit.

Dans la nuit, j’ai fait un rêve érotique où Al et Julio s’occupaient de moi tous les deux.  Julio me léchait les seins alors qu’Al jouait avec mon plug en même temps qu’il m’enduisait d’huile de massage sur tout le corps. Ça m’excitait beaucoup de voir et de sentir comment les deux cherchaient mon plaisir absolu et laissaient leur appréhension de côté. Je sentais leurs coeurs battre la chamade et j’adorais qu’ils soient devenus comme deux loups sauvages. Je gémissais, tout mon corps glissait et reluisait de passion. J’ai demandé à Julio de se tourner et je lui ai inséré petit à petit un plug vibrant, alors qu’Al embrassait mes épaules…

Je me suis réveillée en sueur sur le canapé. Julio dormait sur ma poitrine à poings fermés, et j’ai essayé de ne pas trop bouger pour ne pas le réveiller, mais en même temps, je crevais d’envie de bouger dans tous les sens pour enlever ces idées de ma tête. Je savais que la perspective d’un trio faisait écho en moi, mais je ne croyais pas vraiment que cet homme puisse être Al. Il est sûrement apparu dans mes rêves par rapport à ce que j’avais vu, et aussi par rapport à ce que je l’avais entendu dire. 

Avant de nous dire joliment adieu, car nous allions quitter New York tous les deux, Julio avait préparé une soirée spéciale pour que l’on puisse le faire de façon inoubliable. Il avait loué une suite pour que l’on puisse avoir de l’intimité, et mis les petits plats dans les grands. Il avait trouvé une bonne bouteille de tequila et avait troqué ses pantalons très larges pour un jogging, car je lui avais dit oh combien je trouvais sexy les hommes en jogging avec le caleçon à peine visible.

Là, dans l’intimité de cette chambre, en lui enlevant ce jogging, j’ai joué avec son corps. Moi, je portais une nuisette rouge pour l’occasion et j’ai adoré comme il avait pris tout son temps pour me l’enlever. Puis on a sonné à la porte, et voyant Julio dans une posture moins confortable que la mienne, j’ai mis un peignoir et je suis allée voir. J’ai ouvert et j’ai vu Adam devant moi. Adam était un jeune texan qui louait la chambre juste à côté de la mienne, il était plus jeune que nous, et pour ma part, je n’avais pas vraiment beaucoup discuté avec lui, mais il avait pourtant un grand sourire à chaque fois qu’on se croisait. Il m’a donné un paquet et m’a dit que toutes les personnes de la résidence y avaient participé. Je l’ai remercié et suis retournée auprès de Julio. On a ouvert le paquet et il y avait des sous-vêtements en bonbons, des bougies parfumées et des préservatifs. On a rigolé, mais en même temps, j’étais ailleurs et Julio l’a bien senti. Il m’a demandé à quoi je pensais et j’aurais adoré pouvoir lui répondre, mais notre relation n’en était qu’à ses prémices et je ne pensais pas qu’il puisse entendre de ma bouche la vérité : que j’avais très envie d’inviter Adam nous rejoindre. Et sincèrement, je doutais qu’il le prenne bien, et d’ailleurs, qui pourrait bien le prendre pour une première fois ?

J’ai compris à ce moment que j’avais vraiment envie de faire un trio, mais que comme je l’avais pensé, ce ne serait pas avec Al, même si c’est lui qui m’avait conduite à ce fantasme. Je voudrais un jour le réaliser avec deux hommes qui me plaisent et je ne parle pas du physique, mais de bien plus que ça.

Al, Julio, Adam, ils ont tous les trois contribué à ce que ce fantasme naisse en moi. 

J’aimerais que mon homme sache qu’il n’aura jamais à me partager et cela même s’il accepte d’accomplir mon fantasme, car tout cela est éphémère, il y a un début et une fin.

J’aimerais qu’il me fasse confiance, qu’il sache au fond de son cœur que malgré mon amour pour le plaisir, mon amour pour lui sera toujours plus fort.

J’aimerais qu’il se rende compte de la valeur incommensurable que je donnerai à son acte d’amour.

J’aimerais qu’il sache que mon « number one », ce sera toujours lui.

J’aimerais que mon homme sache que mon corps lui appartient, centimètre par centimètre, et qu’il n’a pas à avoir peur de perdre ou de gâcher quoi que ce soit.

J’aimerais qu’il ait conscience que nos plaisirs vont sans cesse se mélanger et grandir.  

J’aimerais que ces deux hommes, pendant ce moment partagé, sachent mettre en sourdine leurs limites et qu’ils comprennent que rien n’est impossible.

J’aimerais que nous vivions tous les trois un moment exceptionnel : tendre, passionné, dément, hors du temps.

J’aimerais que mon homme se rende compte à quel point je l’aime, parce que je lui appartiens tout en restant libre.

J’aimerais que mon homme sache que le plaisir ne va pas se diviser, mais croître de façon exponentielle.

Lady Annia

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :