Moi, avec une combinaison résille.

© Gio

Un fantasme…

Mon fantasme.

Moi, avec une combinaison résille.

Il faut savoir que pendant très longtemps, j’ai détesté ce genre de combinaisons. Je les trouvais trop vulgaires. Je crois même que j’étais assez coincée et fermée, au point de juger les femmes qui osaient en porter. Je pense qu’au fond, j’étais jalouse d’elles. Je jalousais leur audace, leur légèreté, leur prise de risque. Porter quelque chose de si sensuel et l’assumer n’est pas donné à toutes les femmes.

Puis un jour, j’ai connu Matthieu, un jeune homme français qui est devenu mon petit ami. Il avait un visage d’ange, mais il en était de loin pas un et c’est sûrement ce mélange de paraître et être qui m’ont séduite à l’époque. Il était professeur et adorait m’expliquer tout plein des choses qu’il croyait que je ne connaissais pas, je le laissais faire, puis on passait des soirées entières sur son lit à refaire le monde.

Une nuit, alors que j’étais arrivée à l’improviste l’aider à corriger les copies de ses élèves, habillée comme une secrétaire sexy (sa « sexycrétaire » comme il aimait m’appeler), il m’a confié que son fantasme ultime était une femme portant une combinaison résille. Je me rappelle avoir pensé : Oh non ! Pourquoi justement ÇA? Je tenais beaucoup à lui, je voulais le rendre heureux et accomplir son plus grand fantasme alors, après réflexion, je suis allée dans un sex-shop voir ce genre d’habits de plus près.

À mon arrivée, la vendeuse m’a demandée si elle pouvait m’aider pour quoique ce soit. Je lui ai expliquée que j’étais là à la recherche d’une combinaison résille. Elle m’a lancé un regard qui se voulait complice et m’a montré un énorme rayon de vêtements sexy en tout genre, avec dans le coin plusieurs combinaisons résille. Je lui ai demandée conseil pour en choisir une ou deux. J’étais débutante et je ne connaissais rien de ce monde. Elle m’a observée de la tête aux pieds, m’a dite que ma taille était du M, puis m’a montré une robe en dentelle, tellement jolie, sexy, sauf que quand je l’ai tournée, il y avait un énorme trou. Je lui ai demandé quelque chose de plus homogène, de plus sexy dans son ensemble, même si, plus délicat dans sa totalité. Elle m’a montrée plusieurs autres combinaisons qui ne ressemblaient en RIEN à ce que je voulais. La cinquième ou sixième tentative fut la bonne. La combinaison en résille noire qu’elle m’a montrée était jolie, avec des applications en dentelle sur les seins et les cuisses, avec un trou à hauteur du sexe, et de fines bretelles des deux côtés. Je l’ai achetée et j’étais tellement excitée que je me rappelle avoir laissé les courses que j’aurais dû faire juste après, pour plus tard. Je suis rentrée chez moi, l’ai sortie de son emballage et l’ai essayée. Je me suis surprise à me dire que je me sentais tout de suite plus sexy, plus féline, comme si porter cette combinaison me conférait des pouvoirs spéciaux.

Je voyais Matthieu samedi chez lui, alors j’ai attendu sagement, en cachant chaque détail de ce que j’avais prévu pour ce jour si spécial, où, en plus on allait fêter nos 4 mois ensemble. Je lui ai dit de me laisser préparer quelque chose dans sa chambre. Il a donc patienté au salon et moi, j’ai tout mis en place, moi y compris. Quand il est entré, il m’a trouvée à la lumière des bougies, portant un peignoir noir en dentelle fermé. Sur son lit, j’avais posé différentes huiles de massage pour qu’il puisse choisir sa préférée. Je pense qu’au début, il n’a vraiment pas compris ce que je portais. C’était de ma faute, je voulais qu’il comprenne cela petit à petit, et pas tout, d’un coup. Quand il s’est approché de moi pour m’embrasser, il a mis ses mains sur mes hanches et m’a dit que mon peignoir était très beau. Je l’ai remercié et lui ai dit de choisir son huile de massage, avec laquelle je voulais le masser ce soir. Il a porté son choix sur « noix de coco » et a enlevé son t-shirt. Il s’est couché sur le ventre et moi, j’ai laissé tomber le peignoir, je ne portais que la combinaison, mais il ne pouvait pas le voir. Je me suis mise sur les genoux et j’ai commencé à mettre cette huile sur mes mains pour la chauffer avant qu’elle ne touche sa peau. Je l’ai massé un bon moment, j’entendais ses légers gémissements de bien-être et je me sentais tellement bien de savoir que c’était MOI qui procurais toutes ces bonnes choses chez mon homme. Puis, il a étiré sa main pour caresser doucement la mienne, moi je l’ai prise et lui ai fait parcourir lentement mon corps tout entier. Il a fait un bond dès qu’il a compris ce que je portais, il m’a regardé, incrédule, du bas vers le haut. Il m’a demandée de me lever et m’a fait tourner sur moi-même pour pouvoir jouir de chaque détail de la surprise qui n’en était plus une. Il a aimé ce qu’il a vu puisque juste après, j’ai aperçu, l’espace de quelques secondes, une bosse dans son pantalon avant qu’il ne me tire vers lui et m’embrasse. Je me rappelle que c’est cette nuit-là qu’il m’a appris, en français, à différencier ma gauche de ma droite, en me léchant les seins, chacun à son tour et en répétant : « Gauche, droite, gauche, droite… » Le meilleur cours de ma vie ! Et sans aucun doute, le meilleur professeur aussi.

Cette nuit a été remplie de passion, de tendresse ainsi que d’érotisme, et j’ai accompli le fantasme de Matthieu. Une nuit que je ne risque jamais d’oublier et où je n’ai enlevé cette combinaison qu’au petit matin pour qu’on prenne une douche ensemble. Des fois encore, quand je ne suis pas sûre si c’est ma gauche ou ma droite, je ferme les yeux pour me transporter à ce moment précis où il me donnait cette leçon si particulière. J’ai accompli son fantasme et en même temps j’en ai ajouté un à ma liste, trouvant que ce genre de combinaison peut être finalement sensuelle, élégante, sexy et ajouter une petite touche de je-ne-sais-quoi.

Mon fantasme concernant les combinaisons résille est bien différent du sien,  puisque pour lui, son fantasme était de faire plein de choses avec une femme qui en portait une pendant les jeux et pendant l’amour, et que moi, mon fantasme est plutôt dans la manière dont elle devra m’être enlevée.

J’aimerais que mon homme comprenne, quand je la porterai, que ce n’est pas un habit comme les autres.

J’aimerais que, quand la combinaison sera sur ma peau, il soit doux mais aussi sauvage, dépendant du moment. Qu’il soit toujours imaginatif et qu’il partage mon envie d’aller plus loin.

J’aimerais qu’il sache, autant que moi, apprécier les textures de ce vêtement que j’aurais achetée seulement pour nous.

J’aimerais qu’elle soit belle, classe, sensuelle mais pas vulgaire. 

J’aimerais aussi qu’elle ait de la dentelle et des trous au niveau des tétons, ce qui permettra à mon homme de les rendre tout durs en utilisant sa langue joueuse. 

J’aimerais que cette combinaison soit de bonne facture.

J’aimerais que lors de cette journée d’hiver, la neige tombe sans s’arrêter, qu’il fasse froid dehors, mais que nous ne le ressentions pas.

J’aimerais, que le soir arrivé, face à la cheminée, et après avoir préalablement pris un bain, l’enfiler et dès la seconde où elle sera sur mon corps, que mon homme ait conscience que tout ce que chaque cellule de mon corps souhaite est qu’elle soit enlevée. Qu’il lise dans mon regard, dans ma façon de bouger, de réagir à ses caresses et même dans ma respiration, que ce sera le bon moment.

Le bon moment pour devenir sauvage, le bon moment pour perdre la tête, le bon moment pour n’écouter que nos instincts et nos corps.

J’aimerais que mon homme me rappelle quelle est ma gauche, quelle est ma droite car des fois encore, je fais des erreurs.

J’aimerais qu’avant de la déchirer, nous ayons bu un peu, juste assez pour être désinhibés, un verre d’un bon whisky par exemple.

J’aimerais qu’il sache reconnaître le moment parfait pour déchirer cette combinaison et me faire l’amour longuement.

J’aimerais que pendant qu’il me fasse l’amour, il utilise un bandeau sur moi pour aiguiser mes sens encore plus.

J’aimerais que mon homme me fasse perdre la tête avec ses caresses, qu’il me fasse gémir et même rugir jusqu’à l’extase ultime.

J’aimerais qu’il sache que je lui fais entièrement confiance et que ce n’est pas une expérience que je pourrais partager avec n’importe qui.

J’aimerais que ce soir-là, quand je porterai cette combinaison, ce genre de deuxième peau, on soit luxure, on soit passion, on ne fasse plus qu’un et qu’on profite de chaque instant comme si c’était le dernier qu’on avait à vivre ensemble, alors qu’en réalité ça ne sera que le premier de beaucoup d’autres.

J’aimerais que quand mon homme me regardera dans les yeux, le lendemain de ce moment doucement partagé, je verrais que tout a changé, mais qu’en même temps, rien n’a changé, sauf que notre amour s’est encore élevé et qu’il a encore grandi. 

Lady Annia

Un commentaire sur “Moi, avec une combinaison résille.

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour Lady Annia, très beau texte pour ce 2ème fantasme. J’adore comment tu décris ce que représente le fantasme, ce que la tenue représente. Des moments qui deviennent unique. Les 2 personnes partagent ces moments de désirs de plaisirs. Très prenant et excitant. Beau texte, merci.

    Orgasmic Boy

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :