Acte V : Quand les flammes deviennent très gourmandes

Il n’a pas arrêté de pleuvoir de la journée, le ciel est gris et je viens enfin d’arriver au centre commercial. Tu m’as appelé ce matin pour savoir si je voulais bien t’accompagner à un mini voyage. Tu as une réunion de travail importante pas si loin de chez moi et tu aimerais joindre l’utile à l’agréable… Je n’ai pas hésité un instant, le travail, de mon côté, étant assez calme ces jours, me permettrait de laisser libre cours à mon envie, l’envie de te revoir après cette soirée au cinéma, puis chez toi et de faire, encore et toujours, vibrer ton corps autant que tu fais vibrer le mien.

Je suis en train de te préparer une petite surprise et pour ça, je pousse la porte du magasin situé au deuxième étage, le magasin de lingerie. Je veux te remercier pour ton invitation, à ma manière. Je suis de suite attirée vers un ensemble de guêpière et string rouge/noir en dentelle et à la maille transparente. Je le cherche à ma taille et, en même temps, je cherche des porte-jarretelles qui iront bien avec l’ensemble et que j’adorerais te voir enlever… avec les dents ! Je me rends dans une cabine pour l’essayer et pour ça, j’enlève la robe rose que je portais, puis mes sous-vêtements. J’enfile l’ensemble, je me mets face au miroir et j’aime ce que je vois, la guêpière est plutôt osée, mais elle me plaît. J’aime les parties en dentelle qui laissent apercevoir les courbes de mes seins, la chute de mes reins, mais j’aime tout autant la maille transparente qui dessine la majeure partie de mon corps. Je me regarde sous toutes les coutures et je reviens me mettre face au miroir. Je passe mes mains autour de ma silhouette et je frissonne, t’imaginant derrière moi, caressant mes fesses, enlevant cette guêpière petit à petit, goûtant à ma peau, me donnant encore plus envie de toi… Il faut que je me calme, la température de mon corps commence à monter et ce n’est vraiment pas le moment ni l’endroit, surtout que tu n’es pas avec moi. Je me dépêche de me rhabiller, je paie et je rentre car j’aimerais que ma valise soit prête pour partir demain avant d’aller à mon cours de boxe. Le reste de la journée est passé très vite et je suis allée me coucher avec un énorme sourire sur le visage parce que je vais te voir demain!

Au réveil, petite douche aussi sage que possible avant de m’habiller de façon décontractée, comme tu me l’as demandé, avec une robe d’été blanche garnie de petites fleurs sous la poitrine et les épaules découvertes. Avec, je porte des sandales à plateforme très confortables. J’attends que tu viennes me chercher en voiture pour aller à la ville où tu as ton rendez-vous d’affaires qui commence à midi. Elle est à seulement 2 heures de chez moi, mais je n’y suis jamais allée avant aujourd’hui. Tu arrives, m’embrasses et prends mon sac que tu mets dans le coffre à côté du tien. Tu es habillé avec un short bleu-noir avec des têtes de mort et qui t’arrive en dessous des genoux. Tu portes un t-shirt noir avec de petits motifs blanc que je n’arrive pas à distinguer, je comprends que toi aussi tu t’es habillé de façon décontractée pour le voyage et que, c’est sûr, tu vas te changer à notre arrivée à l’hôtel avant notre rendez-vous. Je ne suis pas vraiment fan de tes vêtements du jour, mais de toute façon peu importe ce que tu mettras, moi, tout ce que je souhaite, c’est te déshabiller. Dès que l’on s’assoit, tu mets ta main sur ma jambe, comme si je t’appartenais entièrement et ça me plaît, je souris et je fais pareil. Je te sens nerveux, mais je te comprends, c’est normal de ressentir un peu d’appréhension avant une réunion importante.

A notre arrivée, tu étais plus silencieux que d’habitude mais en même temps, tu étais plus tactile que j’avais pu le remarquer auparavant et ce n’était pas pour me déplaire! J’ai beaucoup aimé quand tu m’as touché les fesses alors que nous étions dans l’ascenseur en train de monter dans notre chambre, tu m’as fait mouiller en quelques secondes à peine et j’adore sentir l’effet fou que seulement toi, tu as sur moi. En arrivant dans la chambre, tu me dis que tu vas prendre une douche rapide avant de te changer pour partir. Alors que tu es sous la douche, je me déshabille et te rejoins. Je t’embrasse et alors que l’eau tombe sur nos visages et que je vois ton sexe devenir dur, je te demande combien de temps tu as pour prendre ta douche. Tu me réponds: « normalement 5 minutes, mais vu que tu es avec moi, disons 10… ». Je suis descendue et j’ai mis ton sexe dans ma bouche. Quand je regardais vers le haut, je te voyais prendre du plaisir et j’en prenais aussi. Après t’avoir sucé brièvement, j’ai mis ton sexe entre mes seins et je t’ai masturbé avec, jusqu’à ce que tu éjacules sur eux. Je suis restée nue sur le lit après cette super douche et toi tu t’es habillé rapidement avec une chemise et un pantalon cintrés et je ne sais pas pourquoi, je ne pouvais pas décoller mes yeux de ton postérieur, puis de tes jambes. En fait si, je sais pourquoi, ces parties de toi me plaisent beaucoup! Quand tu m’as embrassée avant de partir, je t’ai souhaité bonne chance et j’ai touché tes fesses en rigolant. Tu as souri et tu m’as dis que j’étais ta petite chipie et que tu reviendrais vers 17 heures.

J’ai profité de ton absence pour aller au spa de l’hôtel pour un massage, puis après j’ai fait une petite sieste. Quand mon réveil a sonné, j’ai vu un message de ta part me disant que dans ton sac, il y avait une bouteille de champagne et de le mettre au frais, ce que j’ai fait de suite, non sans me dire que je ne connaissais pas cette marque de champagne. Je me suis préparée un bon bain pour me détendre et sentir bon de partout, pour après me faire belle pour toi en mettant la lingerie que j’avais achetée spécialement pour l’occasion. Tu m’as appelé, ton rendez-vous s’était bien passé et tu semblais d’humeur coquine et joyeuse. Tu m’as dit que tu arriverais dans approximativement 10 minutes et moi, il ne me manquait plus qu’à chercher la playlist Spotify que j’avais préparée pour ta surprise. Je la trouve enfin et j’allais appuyer sur play quand j’ai entendu le bip de la porte qui s’ouvrait. Tu entres et découvres notre chambre de 35m2 avec la lumière tamisée, quelques bougies et moi à côté du lit, debout sur mes escarpins rouges et portant un peignoir qui couvre ce que je porte en dessous. Tu peux à peine apercevoir les bas tenus par le porte-jarretelles noir, mais pour le reste tu ne sais rien. J’ai mis le string et la guêpière en dentelle et maille transparente, j’avais super hâte que tu découvres le tout, mais tout a son temps. J’ai pris le temps de sécher mes cheveux après le bain et de me maquiller un tout petit peu, je souris et toi tu sais que je mouillais pour toi dès la seconde où tu es entré dans la pièce. Je suis venue t’embrasser et j’ai adoré te voir te lécher les lèvres à mesure que je m’approchais de plus en plus vers toi. Tu m’as demandé ce que je trafiquais et je t’ai dis: « rien, pourquoi? » aussi innocemment que possible. Je ne t’ai pas laissé me poser plus de questions et je t’ai demandé de te mettre à l’aise sur le lit pendant que je finissais dans la salle de bain d’accommoder un des bas qui n’était pas super bien mis sur le porte-jarretelles, car je ne suis pas habituée à en porter, mais c’est sexy et je veux vraiment que cette surprise soit inégalable.

Tu m’as crié que tu étais sur le lit et quand je suis sortie de la salle de bain, tu avais tout enlevé, sauf ton caleçon et tu me regardais un peu timidement, comme si je t’intimidais. Tu nous avais servi du champagne et quand je suis passée à coté de toi, tu as voulu trinquer à cette merveilleuse journée qui allait de mieux en mieux… On a trinqué, on a bu un peu et j’ai laissé ma coupe sur la petite table de mon côté de la chambre. Tu as gardé la tienne entre tes mains et à travers ton caleçon, je voyais ton envie grandissante… J’ai lancé la playlist sur mon téléphone et la musique a commencé à résonner. J’ai laissé tomber mon peignoir et tu as découvert la lingerie que j’avais achetée spécialement pour toi. Tes yeux ont brillé dès que tu as vu les vêtements que je portais et quand tu as compris ce que je commençais à faire, tu m’as montré ta langue et tu m’as lancé un baiser. Je commençais à danser sensuellement devant toi, je caressais mon corps au rythme de la musique, je me caressais les seins pendant que j’enlevais une bretelle de la guêpière. Je te regardais et j’ai aimé ton visage quand tu as pu bien voir le string que je portais. Je sais que tu l’ignorais jusqu’à aujourd’hui, mais j’ai pris des cours de striptease en même temps que mes autres cours de danse. J’ai enlevé mes chaussures et j’ai commencé à enlever les bas, le gauche puis le droit et je te les ai lancés doucement. J’ai enlevé la pince que j’avais mis dans mes cheveux et j’ai commencé à jouer sensuellement avec eux, pendant que je te voyais assis, attentif, avec la main dans ton caleçon, te masturbant et ça m’excitait énormément, mais j’ai continué. Pour me donner le courage de continuer, je me suis tournée et j’ai pris une gorgée de champagne, les deux bretelles de la guêpière étaient déjà tombées, mais tu n’avais encore rien vu. Je me suis servie de la chaise de bureau pour m’asseoir les jambes écartées et j’ai continué à danser alors que de te voir me déconcentrait énormément et je le sentais, j’étais mouillée. Je te regardais, me touchais, te tirais la langue et je commençais à ouvrir la guêpière. Je me suis mise dos à toi quand j’ai commencé à l’enlever au gré de la musique et je te l’ai lancée. Tu l’as attrapée et tu l’as mise de côté. Tu continuais à me regarder et j’avais l’impression que tu ne voulais rien rater de ce qui se passait. Il ne me restait que le porte-jarretelles et le string et je savais exactement ce que je voulais enlever et ce que tu voulais que j’enlève. Je me suis mise à genoux sur le lit avec toi et j’ai commencé à me caresser le sexe à travers le string. Alors que je me savais plus que mouillée, je me suis approchée de toi, je t’ai embrassé à pleine bouche et j’ai commencé à enlever entièrement ton boxer, puis à le lancer par terre. Tu étais assis contre la tête de lit et je me suis assise sur ton sexe très dur et tes jambes, plus pour te provoquer et sentir ton envie que pour vraiment aller plus loin. Tu as mis deux de tes doigts dans ma bouche et tu m’as dit: « suce! ». C’était la première fois que je t’entendais me parler sur un ton aussi autoritaire, mais il n’est pas pour me déplaire, des fois, dans certaines circonstances. Je l’ai fait avec envie et tu enlèves les doigts de ma bouche. Je retourne à coté du bureau et je continue à danser pour toi. J’enlève le porte-jarretelles que je lance avec ton boxer, puis sur une musique plus douce, j’enlève mon string que je te lance et qu’à mon grand étonnement tu prends dans tes mains, le sens et le lèches en me regardant. Tu me vois nue devant toi, bougeant un peu mes hanches, jouant avec mes cheveux, mes mains et tu laisses mon string de coté pour venir jusqu’à moi. Tu as l’air tellement calme, mais dans tes yeux je vois un volcan. Tu me jettes sur le lit et alors que je m’attendais à sentir ton corps contre le mien, je te vois prendre mon verre de champagne et en verser un peu sur mon bas-ventre et mon sexe. Je te vois boire avec délectation et tu me dis: « C’est mon champagne préféré dans mon endroit préféré » et je sens ta langue dans mon sexe. Je sens tes coups de langue et je gémis, puis tu me retournes et tu me pénètres par-derrière sans que je m’y attende, sentant tes coups de rein en moi. J’adore te sentir aussi profondément en moi. Je sens tes mains serrant mes hanches et tu cries avec moi. Alors que tu goûtes à l’extase, nous crions tous les deux d’un plaisir inépuisable. Juste après, tu me prends dans tes bras tendrement, tu me fais plein de baisers doux et on s’endort quelques heures, blottis l’un contre l’autre, nus et remplis d’envies.

Au milieu de la nuit, je me suis réveillée parce que j’avais la gorge sèche et après avoir bu un peu d’eau plate, j’ai pris une plume d’autruche que j’avais gardée dans mon sac et j’ai commencé à te caresser partout avec. Une fois fini, je m’extasie de te voir dormir comme un bébé, alors j’ai arrêté et je t’ai vu bouger un petit peu et me regarder avec les yeux encore presque fermés. Tu m’as dit avec difficulté que tu voulais un bisou, alors je me suis approchée pour te le donner et tu as collé ton corps au mien. Tu m’as dit que tu avais beaucoup aimé ma surprise et tu m’as demandé si tu pouvais garder le string mouillé en le tenant entre tes mains. Je t’ai répondu que ça serait avec plaisir et tu m’as dit que tu l’utiliseras pour bien « me sentir » en attendant notre prochain rendez-vous. J’ai rigolé et là tu m’as dit que toi aussi tu avais une surprise pour moi. Je me demandais quelle heure il était et je vois qu’on est au milieu de la nuit et je me dis que ça doit être un truc coquin. Tu me regardes avec tendresse, puis j’ai vu que cette tendresse n’était pas seule, car tu avais un air malicieux. Moi je cogitais à 200 à l’heure et je t’ai demandé ce qui se passait. Tu m’as répondu: « Je veux accomplir un de tes fantasmes ». Je commence alors à penser à tous ceux que j’avais bien pu te révéler et j’ai compris quand j’ai vu les menottes que tu sortais de ta sacoche. Je me suis mise debout et tu m’as dit de mettre le string: « je veux savoir à quel point ça te fait plaisir. ». Je l’ai mis, puis tu m’as dit de m’agenouiller devant le lit, tu as attaché mes poignets à mes chevilles et voyant mon air surpris, mon excitation et ma nervosité, tu as souri et tu as commencé à baiser ma bouche, mais pour changer de tout à l’heure dans la douche, cette fois-ci je n’avais aucun contrôle. Ça me faisait mouiller abondamment, je le sentais. Toi tu prenais un malin plaisir à pousser ton sexe dans ma bouche, de plus en plus fort, tu voyais comment ma salive était partout sur ton sexe, mais par moment tu tenais ma tête, car j’avais tendance à la mettre un peu en arrière sans vraiment le vouloir, par réflexe. Tu m’as détaché les chevilles et tu m’as fait me mettre contre le mur. Tu as repris ma bouche, mais cette fois-ci je ne pouvais vraiment pas y échapper, car il y avait le mur et toi qui guettait ça de très près. Tu le faisais de plus en plus vite, tu la retirais par moment quand tu sentais que j’étais à deux doigts de vomir, mais je voyais dans tes yeux un plaisir non dissimulé à m’accomplir ce fantasme et ça m’excitait encore plus. Tu as continué et tu as éjaculé dans ma bouche, alors que je ne pouvais rien faire. Ça coulait de ma bouche. Tu m’as finalement détaché et embrassé. Après ça, tu as parcouru mon corps avec ta langue et de tes baisers et tu m’as fait me tortiller de plaisir et en même temps de douceur plusieurs fois. Puis j’ai senti tes doigts dans ma chatte, désireux de sentir à quel point tu me faisais de l’effet. Tu as découvert que le string était trempé et tu l’as mis de côté pendant que tu me doigtais. Tu as continué, puis je te sentais tellement excité que je t’ai mis sur le dos et je me suis empalé sur ta queue dure comme un roc. Je ne pouvais pas me passer de cette sensation de te sentir bien au fond de moi. Tu m’as léché les seins, mis des coups de rein, alors que moi je criais déjà de plaisir… J’ai eu plusieurs orgasmes d’affilée et tu t’es arrêté seulement quand mes jambes tremblaient et que toi tu as eu ton deuxième en moi.

Je souriais et toi aussi quand on a entendu la porte sonner. Tu as mis un peignoir et tu es allé voir. C’était le petit-déjeuner au lit que j’avais commandé, mais je l’avais un peu oublié et surtout, je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi tard…. ou tôt. Le serveur rentre avec le chariot, je me couvre avec la couverture et il fait comme si de rien n’était, alors que des vêtements étaient jetés partout. Il sourit malgré tout gêné, s’excuse et part rapidement. Tu t’assois à coté de moi, tu prends ton double expresso, alors que moi je prends un jus d’orange et tu me dis sans peine: « J’ai encore envie de toi… ».
Je te réponds: « moi aussi, très… ». Alors je prends la télécommande et je mets une chaîne porno où deux femmes et un homme font des tas de choses. D’abord, tu penses que je rigole, mais rapidement tu comprends que c est vrai, puis tu me lances: « Tu veux qu’on apprenne des trucs? ». Je te dis: « ouiiii, on peut toujours apprendre, disons que c’est une pause….avant de mieux recommencer », tu éclates de rire et tu m’embrasses tendrement. 

8 commentaires sur “Acte V : Quand les flammes deviennent très gourmandes

Ajouter un commentaire

    1. Cher Alx,

      Merci ! Attention à la surchauffe 😈

      Belle semaine à toi et à vendredi!

      Bien à toi,

      Lady Annia

  1. Douceur, tendresse et érotisme à son paroxysme.
    Merci Lady pour ce voyage qu’on aimerait vivre avec toi.
    On a envie d’être cet homme, de se régaler de ton goût, de ce champagne coulant entre tes cuisses…
    L’effet de tout ces mots est indiscutable et bien peu discret mais tant pis.
    Vivement la suite …

    1. Cher rêveur,

      Je suis ravie que cette histoire t’inspire autant.
      À vendredi pour la suite !

      Bien à toi,

      Lady Annia

  2. Quel beau récit excitant. J’ai beaucoup apprécié cette suite étonnante.
    Tout d’abord, je trouve très excitant la manière donc elle prépare sa surprise, la manière dont tu décris son plaisir à le faire.
    Les deux scènes (douche + milieu de la nuit) sont très très bien amenée je trouve. Je m’imaginais à la place du mec ;). Cette dernière scène est très sensuelle, sauvage, cela m’excite beaucoup. Comme d’habitude tu as réussi à faire évoluer le plaisirs et à retranscrire le désirs des 2 personnages d’une manière très fine.

    Merci de partager tes récits magique avec nous Lady Annia. Je me réjouit de lire la suite.

    1. Cher Orgasmik Boy,

      Je suis ravie que tu aies aimé cette suite, moi j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire pour vous en tout cas !

      Je suis en ce moment-même en train d’écrire la suite, je pense que vous allez adorer 😈
      À vendredi.

      Bien à toi,

      Lady Annia

  3. Quelle forme olympique chère Lady Annia! Vos écrits laissent en ma mémoire des traces inoubliables.

    1. Cher Nicolas B.,

      Je te remercie !

      Je suis heureuse de laisser des traces indélebiles dans ta mémoire.

      Bien à toi,

      Lady Annia

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :